mercredi 5 juillet 2017

Je suis sûre que tu as déjà ressenti ça, quand tu es à 2 doigts d'atteindre un objectif que tu t'es fixé, que tu as tendu ta main au maximum et que d'un coup, tu rates le pompon. C'est pénible, hein ?

Il y a 2 mois, j'étais à un cheveu des 20 kilos perdus et aujourd'hui, je suis toujours à un cheveu mais il a juste poussé un peu depuis.

Non seulement, je n'ai pas atteint la barre des 20 mais en plus, j'ai repris 2,8 kg !

J'étais prévenue ! Quand j'étais dans son bureau en vue de reprendre une contraception, la gynécologue m'a bien prévenue : "Vous êtes sûre ? Parce que vous risquez de reprendre du poids !"

Je l'ai regardée d'un air de défi qui voulait dire "Même pas peur !" comme les cowboys qui se provoquent en duel dans les westerns, prêts à dégainer.

Depuis les débuts de ma perte de poids, j'ai des cycles mensuels, chose qui, naturellement (c'est-à-dire sans traitement), ne m'est jamais arrivé de toute ma vie, même quand je pesais moins qu'aujourd'hui. Ces dernières années, ils oscillaient entre 1 an et 1 an et demi.

J'aurai 39 ans en fin d'année, j'ai donc passé l'âge d'une grossesse surprise qui plus est une grossesse gériatrique. On a 2 loupiots (fille et garçon) et on est très bien à 4. Notre fils a un handicap et un suivi hebdomadaire somme toute assez chronophage donc oui je suis sûre. On est sûrs.

Elle m'a aussi prévenu qu'avec cette pilule, à prendre en continu, je n'aurai pas de règles mais peut-être quelques pertes de temps en temps.

Au final, ça fait 2 mois environ que j'ai mes règles toutes les 2 semaines. J'avoue donc que ma prise de poids n'est pas forcément dûe à la pilule car par facilité, pour m'éviter de faire 2 types de féculents aux repas, j'ai délaissé un peu les IG bas et ai réintroduit le pain et les pâtes blancs dans mon alimentation.

Ajoutons à cela qu'avec la fatigue et les douleurs dans le dos et le bas ventre, j'ai fait le minimum du minimum syndical côté sport et durant la semaine de canicule, je n'en ai même pas fait du tout.

Heureusement, la pilule n'est que transitoire car je me fais ligaturer les trompes pour la fin de l'année. Ca peut paraître radical pour certains mais c'est le fruit d'une mûre réflexion.

Il y a quelque temps, j'ai lancé l'idée, d'abord de façon ironique. Puis finalement, elle s'est imposée comme la meilleure solution : j'ai arrêté tous les traitements hormonaux car après plus de 20 ans à en ingurgiter, j'en avais assez de faire subir ça à mon corps, ce n'est pas pour en reprendre aujourd'hui dans le but d'éviter une grossesse, encore plus si c'est pour me faire reprendre le poids que j'ai eu tant de mal à perdre.

D'ici là, à nous les vacances !!!!


jeudi 27 avril 2017

Découverte surnaturelle

Il y a des matins, on se lève comme tous les jours, sans même se douter de l'inattendu qui va se produire.

Il y a quelques jours, je venais de faire mon sport quotidien et étais assise à la table du salon pour récupérer et boire mon verre d'eau.

Je ne sais quelle force invisible m'a poussée à baisser le regard et à le poser sur mon bras en train d'amener mon verre à la bouche.

Et là, ce fut une découverte surnaturelle, la rencontre du troisième type. A la place du fromage blanc habituel, mélangé à de la bouillie pour bébé, le tout mixé au blender 15 fois, j'ai discerné un joli arrondi sur mon biceps.

Avais-je rêvé ? J'ai refait le geste, genre le bodybuilder qui se la pète et l'arrondi était toujours là.

Y avait-il du malin là-dessous ? J'ai recommencé l'opération devant le miroir, l'arrondi était toujours là.

Oh my God, je ne rêvais pas ! Point de malin ni de sorcellerie ! J'ai des muscles dans le fromage blanc !

Bon évidemment, rien à voir avec des bras d'acier, hyper bodybuildés, juste une jolie courbe féminine qui se dessine et qui gomme l'aspect un peu "Jelly". parce que, oui, il y a encore du boulot pour réellement parler de fermeté.


Mais quand même ! Je suis fière de moi et contente car avec l'arrivée des beaux jours, mes merveilleux petits bras musclés vont se dévoiler un peu plus.

Et sur la balance, où en suis-je te demandes-tu ? Les vacances de Pâques sont finies, il y a eu des petits plaisirs, ici et là, sans culpabilité.

Eh bien du côté de la balance aussi, je suis contente car je frôle désormais la barre des 20 kilos perdus avec -19,3kg.

samedi 1 avril 2017

Pesée n°.... (euh, en fait je sais plus !)

Ben, non, je ne compte plus les pesées en fait... Je ne suis pas forcément aussi assidue sur le blog et pourtant, côté alimentaire, je suis mon petit bonhomme de chemin.

Depuis les dernières informations que m'avait données ma diététicienne sur les index glycémiques, je me suis pas mal documenté et j'ai trouvé beaucoup de choses très intéressantes. Je dirais même passionnantes.

Si on m'avait dit qu'un jour, la nutrition m'intéresserait autant, je crois que je ne l'aurais pas cru !

Comme je l'avais évoqué concernant mon syndrome, j'ai fait le choix d'arrêter il y a déjà au moins 2 ans le traitement hormonal prescrit par un endocrinologue. J'en avais marre de me gaver d'hormones que j'ai d'ailleurs commencées à prendre à l'âge de 15 ans car je n'avais pas encore de cycle.

De plus en plus, je privilégie des remèdes plus respectueux du corps, plus doux et plus naturels. C'est pourquoi il y a 2 semaines, je suis allée voir une généraliste homéopathe.

Chose que je ne savais pas, c'est qu'elle est aussi spécialisée en micronutrition qui vise à adapter le régime alimentaire d'une personne à son métabolisme. En plus de me donner un traitement homéopathique, elle m'a confirmé tous les conseils de ma diététicienne et m'en a apporté d'autres très judicieux afin d'ajuster encore mieux mon alimentation à mon cas personnel.

Le premier de ces ajustements, c'est plus de sucres rapides pour le petit-déjeuner et privilégier un repas salé avec des protéines (œuf, jambon, poisson fumé, fromage (notamment de chèvre), yaourt), de bonnes glucides (du pain aux céréales complètes, galettes de sarrasin, flocons d'avoine non sucrés, etc...) et du bon gras (purée 100% noisettes (ça j'adore !!!), beurre, avocat, etc...)

Il y en a que le petit déjeuner salé peut déstabiliser, voire rebuter. Personnellement, ça ne me gène pas du tout, bien au contraire.

Le midi, c'est crudités, toujours avec du bon gras puis protéines animales ou végétales, légumes et féculents. Pour le dessert, il faudra attendre.... le goûter.

Là où c'est un peu plus dur, c'est que j'ai toujours fini mes repas par un produit laitier et un fruit et là, ne plus avoir cette petite note sucrée, ça fait bizarre mais on s'y fait quand même.

Surtout que pour le goûter, moment où notre corps a besoin de sucres, on peut nettement se faire plaisir. Si on a envie d'être "sage" ou qu'on n'a pas trop faim, on prend des fruits (ou un bon jus de fruits frais maison à la centrifugeuse ou à l'extracteur (si on a gagné au loto parce que ce truc, même si ça a l'air super, ça coûte quand même un bras) mais il n'y aura pas les fibres) avec des oléagineux (noisettes, noix, amandes, etc...) et si on a envie d'être un peu plus gourmand(e), on piochera dans les petites collations mais cuisinées maison avec des ingrédients à index glycémique bas (cookies, gâteau, etc..).

Le soir est à peu près identique au midi à cela près qu'il n'y a pas de gras (hormis pour les crudités) et que la part de protéines doit être minime, voire inexistante.

Ce n'est pas une alimentation à suivre pendant un temps imparti et qu'on délaisse pour reprendre ses anciennes habitudes alimentaires. C'est une alimentation à mettre en place pour la vie.

Si tu as envie d'en savoir un peu plus, je t'invite à découvrir "La cuisine de la minceur durable" de Brigitte Fichaux, nutritionniste et Marie Chioca.

Il explique très bien ce que je viens brièvement d'aborder et il regorge de recettes bien sympa.

Côté sport, est-ce le retour des beaux jours qui me donne envie de bouger un peu plus mon popotin ? Quoiqu'il en soit, j'en fais désormais 1h par jour avec différentes vidéos trouvées sur YouTube ou l'émission de Direct 8 en replay.

Le pire, c'est que des fois quand c'est terminé, même si je suis rouge écarlate et dégoulinante, je trouve que ça a été court ! Ca aussi, on me l'aurait dit, je ne l'aurais jamais cru !!! Mais alors, jamais jamais jamais jamais....

Et la pesée, ça donne quoi, vas-tu me dire ? J'en suis aujourd'hui à -16,1 kg.

dimanche 12 mars 2017

Opération chrysalide

A l'instar de la chenille qui, au prix de gros efforts, a un long chemin de patience avant de devenir papillon, j'avance lentement et atteins presque la barrière des 13 kilos perdus.



Ces dernières semaines, j'ai opéré quelques changements dans ma perte de poids. Tout d'abord, j'ai délaissé le vélo elliptique à cause d'une douleur dans l'épaule gauche qui s'étend du cou à l'avant-bras.

Depuis toute jeune, j'ai une asymétrie entre les 2 épaules, l'une étant légèrement plus haute que l'autre. De plus, je dors avant tout sur le ventre en passant mon bras sous mon oreiller, ce qui n'arrange rien. Je sais qu'il faudrait que je fasse autrement mais il n'y a que comme ça que je me sens bien pour dormir.

Je vais donc mardi chez l'ostéopathe que j'avais déjà vue il y a un an et demi à peu près pour les mêmes raisons.

Au moins, cela m'a permis de découvrir la marche active que je pratique désormais tous les jours environ 40 minutes avec beaucoup de plaisir. Cela fait travailler tous les muscles du corps de façon tonique mais douce. J'ai commencé il y a moins de 3 semaines mais je sens déjà les effets sur ma silhouette, plus ferme par endroits (bon, disons moins jelly quoi !).

Côté alimentation, quand j'ai repris sérieusement après les fêtes et Disneyland, je me suis rendue compte que je ne prenais plus de goûter et que cela ne me gênait pas donc exit le goûter et je tiens très bien jusqu'au dîner. Quand il m'arrive de faire mon sport entre 14 et 16h, je prends des oléagineux (noisettes que j'adore principalement ou noix).

 Ensuite, ma diététicienne m'a contactée après avoir participé à un colloque inter-professionnel durant lequel ils ont abordé (entre autre) le syndrome des ovaires polykystiques.

Comme je l'ai évoqué tout au début de mon blog, je suis atteinte de ce syndrome qui est une maladie endocrinienne (et non pas comme son nom pourrait le penser de "simples" kystes).

Le gros point noir de cette maladie, c'est l'insulino-résistance qu'elle génère. Le corps devient insensible à l'insuline et notre pancréas, face à cette insensibilité, en produit encore plus.

Cette surproduction d'insuline, déjà mal ou pas du tout assimilée, amène des troubles hormonaux et va se loger dans les tissus adipeux, créant et entretenant le surpoids.

Déjà à l'époque où nous avions souhaité concevoir un bébé, j'avais pris un glucophage pendant un certain temps.

Tout cela pour dire que la perte de poids dans le cadre d'un syndrome d'ovaires polykystiques, tout en étant possible (alléluïa !!) , est néanmoins plus difficile et suppose, comme pour les diabétiques, une vigilance particulière sur les apports glycémiques.

Il faut éviter les aliments avec un taux glycémique élevé, les sucres et céréales raffinés, privilégier les céréales complètes (farine, pâtes, riz, semoule...), le quinoa, le millet, etc... Je privilégiais déjà le pain complet mais j'ai donc fait mes petites courses en plus. Je ne prends plus mon petit chocolat chaud tous les matins (le Van Houten sans aucun sucre, impossible à avaler pour moi !) mais plus que le samedi avec mon joker hebdomadaire et ça me convient parfaitement.

Ma diététicienne m'a également donné le nom de compléments alimentaires naturels qui ont de bons résultats dans un cas comme le mien. Je les ai commandés et me donne 3 mois pour voir si cela a une incidence positive.


samedi 11 février 2017

Les soldes, c'est fini !

Fin des soldes ! Ô joie, bonheur et délectation !

Sortez les étendards car c'est jour de liesse, j'ai fini de solder les kilos des fêtes !

Je pensais ne me peser que la semaine prochaine et puis, curieuse que je suis, j'ai risqué un pied sur la balance.

Je suis contente à la fois de dire au-revoir à ce que j'avais repris et de constater que la perte de poids s'est réenclenchée puisque pour cette semaine, c'est -1,6kg.

Je suis consciente que quand on reprend vite, on reperd vite après mais bon, c'est tout de même agréable.

De plus, voilà 3 semaines que j'ai repris quotidiennement le sport (30 min de vélo elliptique) donc c'est reparti comme en 40 ! (je sais, c'est une expression qu'on ne dit plus depuis 30 ans mais j'aime bien quand même).


vendredi 3 février 2017

Petit topo


http://www.crayondhumeur.com/
Je n'ai pas posté le bilan de ma pesée de dimanche dernier (29/01) mais j'étais à -1kg tout pile pour les 2 semaines et je me rapproche de mon poids d'avant fêtes.

Je suis plutôt satisfaite sachant que la veille, nous avions fêté le nouvel an asiatique en allant chercher chez le traiteur et que l'avant-veille, nous avions fêté la Chandeleur un peu en avance (non, non, on est pas gourmands dans la famille) donc 2 jokers coup sur coup et malgré tout, un perte honorable.

Après les fêtes, je me suis décalée dans mes jours de pesée ; je vais remédier à ça...
 

dimanche 15 janvier 2017

Cap sur 2017


Chère lectrice, cher lecteur, bonne année à toi ! Que 2017 te soit aussi gourmande et savoureuse que possible !
.
Qui dit nouvelle année dit généralement bonnes résolutions. Personnellement, je ne suis pas très adepte des objectifs qu'on se donne au jour de l'an et qu'on a déjà oubliés début février.

J'ai appris avec le temps qu'il n'y a pas de moments précis pour se donner des défis, il n'y a pas non plus de moments précis pour être doux et bienveillant avec soi-même.

Car c'est généralement ça qui nous fait oublier nos bonnes promesses de début d'année, c'est qu'on ne s'est pas écouté et qu'on a été trop exigent avec soi-même.

On peut même pousser le vice sado-maso en se fixant des objectifs qu'on sait inatteignables pour mieux se dire, une fois l'échec arrivé, "je ne suis qu'une quiche lorraine périmée, je savais bien que j'y arriverais jamais".

Donc, voilà, c'est dit : pas de bonnes résolutions pour moi ! Seulement continuer mon petit bonhomme de chemin dans l'écoute et le respect de moi-même.

Cela suppose donc de reprendre mon rééquilibrage sereinement là où j'en suis aujourd'hui.

Je n'étais pas si loin que ça dans mon dernier article en parlant de prendre 5 kilos pour les fêtes.

 Eh ouai, l'état des lieux n'est pas top, je dirais même que l'addition pique les yeux !

   Avent
+ Réveillon de Noël
+ Réveillon du jour de l'An
+ Epiphanie                        
= (je te le donne en mille) la balance qui fait la tronche

Je savais de toute façon que j'allais reprendre en cette période de fêtes.

En plus, comme j'aime vivre dangereusement, j'ai rempilé le week-end passé avec 2 jours à Disneyland où l'on fait plus dans la junk food que dans le healthy. Mais qu'à cela ne tienne, même pas peur !

Mickey adore les hamburgers/frites et même quand il s'essaie à quelque chose d'un peu plus équilibré comme du saumon/ légumes/ riz,  il met encore partout une bonne dose de son ingrédient magique : du beurre !

Il a tout compris, lui, Mickey, il sait que le gras, c'est la vie mais comme je ne suis pas un petit moineau qui a besoin de manger du gras pour me réchauffer, il faut bien que ce gras se transforme en quelque chose.

Donc, résultat des courses : lundi sur la balance = +3,9 kg !

Je n'ai pourtant pas mangé à outrance durant les fêtes et à Disneyland, je me suis fait plaisir mais dans la limite du raisonnable et souvent dans un souci d'équilibre.

Mais ce fut avant tout de bons moments en famille alors sans doute ai-je pris quelques kilos de bonheur ?

Suite au prochain numéro...

 *****

Edit du 16/01 : - 1,3kg sur la balance ce matin !